Design

Un design pour l’éternité

introduction

Le saviez-vous ?

80 à 90 % des coûts écologiques et économiques sont déterminés par les décisions prises lors de la phase de conception. 

Dans la société contemporaine (de l'après-guerre), « l’obsolescence planifiée » est devenue une stratégie commerciale importante pour maintenir la consommation. L’idée d’avoir toujours quelque chose de nouveau, de légèrement plus qualitatif ou un peu plus tôt que son voisin stimule les consommateurs.

Dans cette partie, nous examinerons d’un peu plus près comment éviter cette obsolescence planifiée. 

 
QUE PUIS-JE FAIRE ?

En tant que styliste, vous êtes responsable de ce que vous créez. Ceci ne s’applique pas seulement aux matières, aux styles, aux couleurs et aux formes. En effet, votre approche du design devrait plutôt prendre en compte l’ensemble du cycle de vie de votre produit. Chaque étape est importante : des ressources à la conception, la production, la vente, la consommation et la fin de vie.

Commençons par faire l’inverse de l’obsolescence programmée : assurez-vous de faire des pièces conçues pour durer. La qualité est ici essentielle, et vous devez aussi essayer de créer des pièces qui survivent aux tendances et effets de mode.

Et si le vêtement n’a pas une grande longévité, assurez-vous de lui permettre une seconde vie. Réalisez des pièces conçues pour renaître en examinant toutes les options en termes de réutilisation, réparation, re-design et recyclage. Pensez aussi à l’environnement : vous pouvez peut-être utiliser une matière biodégradable qui se décomposera naturellement.

Dans tous les cas, et pour chaque design, la règle d'or est d’éviter le gaspillage ou les excédents autant que vous le pouvez. Optez pour une conception qui minimise les déchets car elle utilise des solutions intelligentes de production, qui réutilise les chutes d’un autre styliste ou qui est multifonctionnelle.

D'un point de vue plus abstrait, la règle d'or est d'éviter un maximum la consommation rapide/la surconsommation. Vous contribuerez aussi à cet objectif en précisant les services donnés aux consommateurs. En prêtant attention à l’expérience du consommateur et à son implication, vous pouvez renforcer la relation entre le client et son vêtement. Nous pensons ici à des modèles de service, mais aussi au design interactif/coopératif, à la personnalisation, à une esthétique intemporelle et au design émotionnel pour n’en citer que quelques-uns.

Pour conclure, il est plus qu’important de concevoir avec les bonnes techniques à l'esprit. Plusieurs techniques existent et elles génèrent beaucoup moins de déchets que celles couramment utilisées. Avez-vous déjà pensé au tricot (la maille), à l’impression ou au tissage en 3D ?

program for Design

Concevoir pour durer

La mode circulaire ou durable commence par la conception. Alors que la « fast fashion » (ou mode rapide) n'a aucun scrupule à voir une pièce tomber en morceaux après quelques lavages, la mode circulaire vise résolument le zéro déchet. Le but initial est de créer des produits qui durent, des vêtements que nous voulons garder. Un design intemporel et une qualité supérieure à la moyenne sont ici d’importants prérequis.

La plupart d’entre vous ont dans leur armoire des pièces qui ont été portées pendant des années. Des pièces qui appartenaient à votre grand-mère, la première paire de gants en cuir que vous a offerte votre père ou cette paire de chaussures d’un styliste unique dont vous ne pouvez pas vous séparer. Ceux-ci ne sont évidemment pas vos articles usuels – généralement vous n’en avez pas plus de 20 dans votre dressing. Cependant, ils ne sont pas négligeables pour l’industrie de la mode durable. De nos jours, il y a un mouvement important qui vise la durabilité dans le temps. Celui-ci se base principalement sur la qualité et ne concerne pas seulement les marques haut de gamme. Ce mouvement, appelé « slow fashion » (ou mode lente), est aussi présent dans le segment du milieu de gamme et à de beaux jours devant lui.

 

UNE LONGUE DURÉE DE VIE

Comme styliste, vous avez le choix d’opter pour le développement durable, en créant des produits qui durent et en faisant de la qualité et de la satisfaction des client vos priorités. Il s’agit après tout de réaliser des vêtements qui durent et dont vous avez envie de prendre soin. Vous pouvez lire plus sur les valeurs de la mode lente ici.

UN DESIGN INTEMPOREL

Les partisans de la mode lente (« slow fashion ») dénoncent les dérives de l’industrie de la « fast fashion ». Alors que dans le passé la norme était plus ou moins de deux à quatre collections par an, l’industrie a évolué à un point où les tendances observées sur les podiums peuvent être achetées en magasins dans les six semaines. Les grandes chaînes de la mode visent 30 à 50 collections par an.

Le mouvement de la « slow fashion » estime que la perte de qualité est inévitable dans la « fast fashion », qui de plus reconnaît les déplorables conditions de travail qu’elle entraîne. De plus, la rapidité qu’elle impose encourage une société du jetable.

Pour conclure, il nous faut aussi mentionner les engouements médiatiques et les tendances. Après tout, ce qui semble correct aujourd'hui peut ne plus l’être demain. Pour éviter cela, vous pouvez travailler sur des designs classiques/intemporels – une stratégie adoptée par Filippa K pour ne citer qu’un exemple.

tips&tricks

  • TED’s TEN – 10 principes de conception expliqués visuellement
    Depuis de nombreuses années, TED (Textiles Environnement Design) travaille dur pour élaborer des stratégies de conception durable. « The TEN »…
    Découvrez les autres trucs & astuces

Découvrez les autres trucs & astuces

Conçu pour renaître

Classer les tissus selon leur impact environnemental n’est pas une tâche facile. Difficile en effet de dire ce qui est le plus écologique : un tissu en fibres naturelles ou en fibres synthétiques. Chaque matière affecte l’environnement à sa manière.

Un bon article se doit d’être de qualité et conçu pour durer dès sa conception. Malheureusement, cela ne garantit pas qu’il ne s’usera jamais. Sur cette base, vous pouvez incorporer des possibilités de réparation dans sa conception même. Vous pouvez également commencer à réfléchir aux options de recyclage dès le début du processus de conception. 

LA RÉPARATION

La réparation et la remise en état sont des activités traditionnelles. Alors que dans le passé les gens prenaient soin de leurs biens, cette attitude changea énormément dans la seconde moitié du XXe siècle. Tout est devenu disponible en grandes quantités et à des prix imbattables, une génération entière a donc perdu l’habitude de réparer. La génération actuelle est toutefois en train de renouer avec les machines à coudre et découvre les Repair cafés. Pour un styliste, il peut être intéressant d'offrir des services de réparation. En prime, cela améliorera son lien avec la clientèle.

LE RECYCLAGE & ET LE DESIGN POUR LE DÉSASSEMBLAGE

Le styliste trouve souvent son inspiration dans une silhouette ou le choix de tissu. Et déjà, dans cette phase, il est important de tenir compte de la fin de vie du produit. Sourcer les tissus faciles à recycler. Le tissu n’est cependant pas le seul critère : la manière d’assembler un vêtement est tout aussi cruciale. À ce stade vous pouvez tenir compte du fait que votre produit devra être facile à désassembler et à trier. Un design qui répond à ces besoins est conçu pour l’assemblage.

Quelques conseils :

  • Si vous utilisez un mélange de fibre, le processus de tri est ralenti. Le taux de recyclage diminue (les matières perdent beaucoup de leurs qualités dans le processus de recyclage). Optez pour une seule matière pour faciliter le processus de tri (utilisez par exemple du coton 100 % bio plutôt qu’un mélange 50 % polyester et 50 % coton).
  • Vérifiez quels sont les matières les plus faciles à recycler les unes par rapport aux autres. Plus d’informations sur le recyclage des tissus ici.
  • Portez une attention particulière aux attaches et aux coutures. Évitez des attaches permanentes et optez pour des fils que vous pouvez retirer facilement quand c’est nécessaire.
  • Les textiles blancs peuvent être reteintés après le recyclage.
  • Considérez une conception modulaire pour pouvoir remplacer les empiècement qui s’usent rapidement sans avoir à jeter l’article entier. (Par exemple des cols blancs amovibles pour les chemises.)

Pour plus d’informations, consultez Fin de vie – Recyclage des textiles.

tips&tricks

  • Wear2™ – couture durable – désassemblage facile
    Wear2™ est une technologie durable de couture développée par un groupe de revendeurs, fabricants et opérateurs-recycleurs textiles britanniques. C…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • La conception de produits Cradle to Cradle – Cours en ligne gratuits
    L’institut pour l’innovation des produits « Cradle to Cradle Products Innovation Institute » propose un cours en ligne qui explique comment concev…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • Donnez des conseils sur la façon de raccommoder les vêtements que vous vendez
    Nous avons tous eu ce ressenti à la découverte de ces petites pochettes en plastique avec des boutons de rechange dans nos blousons neufs. En tant…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • TED’s TEN – 10 principes de conception expliqués visuellement
    Depuis de nombreuses années, TED (Textiles Environnement Design) travaille dur pour élaborer des stratégies de conception durable. « The TEN »…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • Réfléchissez aux fils et aux coutures et gardez un œil sur les innovations
    La technologie Wear2™ permet de désassembler facilement les vêtements. Grâce à l’utilisation de fils spéciaux, les coutures peuvent être enlevées …
    Découvrez les autres trucs & astuces

Découvrez les autres trucs & astuces

Concevoir pour minimiser les déchets

Dans une économie circulaire, les déchets sont liés à un produit de mauvaise conception. Traditionnellement, les rebuts ont toujours été considérés comme un inconvénient inévitable de la production. Mais ces derniers temps, nous assistons à un changement de point de vue avec le concept « Cradle to cradle ».

Cette partie se concentre sur la philosophie largement encouragée du zéro déchet. Celle-ci comprend entre autres les sources d'énergie renouvelable et les interventions mineures lors de la conception telles que la coupe de patron zéro déchet, le prototypage virtuel et la conception sur commande.

L'idée d’une mode zéro déchet est loin d'être nouvelle. Autrefois, les vêtements étaient fabriqués avec une seule pièce de tissu - une décision dictée par la réalité économique, car les tissus étaient très chers. Aujourd'hui, le terme « zéro déchet » suggère d'éviter le gaspillage, alors que dans le passé l'accent était mis sur une utilisation maximale des tissus coûteux. L'augmentation de la production, de la consommation et de l'utilisation des ressources rendent pertinents les deux volets de la question.


LA PHILOSOPHIE GÉNÉRALE : LES DÉCHETS N’EXISTENT PAS (CRADLE-TO-CRADLE)

Dans une approche linéaire, les chutes sont inhérentes à la dernière phase de la fabrication d’un vêtement. Mais dans l'approche « Cradle to cradle » les déchets n'existent pas. Tout ce qui a été créé doit revenir à la nature ou à l’industrie sans nuire à l'environnement. Les matériaux naturels sont ici une source d'inspiration, car ils sont absorbés par le sol ou servent aux autres organismes.

L'industrie de la mode suit cette philosophie. Nous voyons apparaître de plus en plus d’expériences innovantes qui se penchent sur la biodégradabilité du textile. La biodégradation ou le compostage consiste à décomposer les fibres de tissu à l'aide de micro-organismes, de lumière, d’eau ou même d’air. Contrairement aux tissus synthétiques, les fibres végétales et animales sont assez faciles à dégrader. Malheureusement, certaines phases du processus comme la teinture et le revêtement peuvent gâcher cet avantage. Ceci souligne la nécessité d'innover dans ces domaines. De plus, la recherche sur l'ajout d'élément nutritif au textile devrait notamment faire en sorte que les vêtements décomposés nourrissent vraiment le sol. De nombreuses possibilités novatrices, n’est-ce pas ?

Allez voir le site de Mode positive pour plus d'informations sur les matériaux (certifiés) « Cradle to cradle ».
 
 
LES ACTIONS UTILES EN MATIÈRE DE DESIGN
LE PATRON ZÉRO DÉCHET

Les déchets ne résultent pas seulement des vêtements usés ou dont le propriétaire se sont lassés ; le processus de production coûte aussi beaucoup d'énergie et de ressource, comme c’est le cas pour la coupe de patron. Lorsqu’un patron est coupé dans le tissu, la matière restante est jetée. En moyenne, c’est 10 à 20 % du tissu qui finissent à la poubelle ! En évitant ces pertes de pré-consommation, vous vous assurez que l’eau, l’énergie, les colorants et les produits chimiques qui composent cette pièce de vêtement n’ont pas été dépensés en vain.

Le design zéro déchet est une façon d’éliminer ces chutes et d’optimiser l’utilisation du tissu pour la confection des vêtements. Le design des patrons doit maintenant être au centre du processus - contrairement aux procédés traditionnels, où le croquis d’un modèle était un simple sous-produit de l’idée d’un styliste. Concevoir des vêtements en drapant le tissu sur mannequin permet aussi aux stylistes de dessiner des silhouettes avec une pièce entière.

S’il y a des chutes, recueillez-les et réutilisez-les. Apprenez-en plus à ce sujet dans la rubrique sur la réutilisation des déchets.

Vous voulez savoir comment ce principe se traduit dans un tricot ou un tissage zéro déchet ? Lisez la partie sur la prévention des déchets et des excédents au cours de la phase de production.

IL N’Y A PAS DE DÉCHETS DANS LE MONDE VIRTUEL

Les stylistes, les modélistes et les producteurs peuvent tous bénéficier du prototypage virtuel 3D pour limiter le nombre d’échantillons physiques. Cela présente des avantages en termes de rapidité (décisions sur place, suivis instantanés des changements) et de déchets. Le logiciel nécessite encore quelques ajustements, mais son développement va dans la bonne direction. Il reste néanmoins une marge de progression pour ce logiciel en termes de gestion de la vitesse et de traitement de la complexité des modèles. Pour le moment, la plupart des programmes se limitent aux pantalons et T-shirts.

LA CRÉATION SUR COMMANDE

La création sur commande offre des avantages aussi bien économique qu’écologique. Tout d’abord, vous êtes sûr que le produit retenu plaît vraiment et sera vendu. Alors qu’avec un processus traditionnel (la conception suivi par la production et finalement la vente au détail) le sur-stock est en moyenne de 30 %, il est clair que la création sur commande aidera à faire baisser ce chiffre.

Ensuite, il sera aisé d’intégrer des adaptations sur mesure qui permettront au client non seulement de choisir le style, mais aussi de sélectionner facilement la bonne taille. Le patron est directement bien réalisé et le risque d’une mauvaise coupe est réduit.

Cette stratégie peut être appliquée à deux étapes différentes du processus de création. Tout d’abord, il y a la création sur commande, où la totalité de la création est toujours en suspend et où les préférences en termes de couleur et de goût peuvent être satisfaites. Une fois sûr de votre design, vous pouvez également opter, lors d’une phase ultérieure pour la production sur commande, d'une autre stratégie éco-efficace où la production ne commence pas avant un nombre minimum de commande.

tips&tricks

  • Hasmik Matevosyan – Le passage à une industrie de la mode qui « contribue »
    Après des années de recherche, le styliste et théoricien hollandais Hasmik Matevosyan a mis au point un nouveau modèle d'entreprise qui encourage …
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • Utilisez un système « fait sur mesure »
    Vous pouvez inviter le client à vous donner ses mesures exactes, en ligne ou en boutique physique, pour vous assurer de créer un patron juste et a…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • La conception et/ou la production à la demande
    N'oubliez pas la conception durable qui consiste à concevoir et produire à la demande. Si vous produisez après la vente, vous évitez la créati…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • Julian Roberts – Une coupe par soustraction
    Le styliste Julian Roberts donne des conférences et des ateliers sur une technique qu'il a lui-même conçue, appelée « subtraction cutting ». L…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • Holly McQuillan – La coupe de patron zéro déchet
    Le site web d'Holly McQuillan est une source précieuse d'information sur la coupe de patron zéro déchet. Elle partage son expérience en tant que c…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • EcoChic Design Award – Des conseils sur la conception zéro déchet
    Le site « EcoChic Design Award » publie de nombreuses informations sur la conception zéro déchet : Un PDF utile avec des conseils et plusi…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • TED’s TEN – 10 principes de conception expliqués visuellement
    Depuis de nombreuses années, TED (Textiles Environnement Design) travaille dur pour élaborer des stratégies de conception durable. « The TEN »…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • Réfléchissez aux fils et aux coutures et gardez un œil sur les innovations
    La technologie Wear2™ permet de désassembler facilement les vêtements. Grâce à l’utilisation de fils spéciaux, les coutures peuvent être enlevées …
    Découvrez les autres trucs & astuces

Découvrez les autres trucs & astuces

Un design pour réduire le besoin de consommation rapide

En fouillant dans les rebuts des placards d’autrui, nous trouvons rarement des vêtements qui sont complètement usés. Au contraire, nous tombons généralement sur des pièces qui sont encore parfaitement utilisables. Nous pourrions faire valoir deux dates auxquelles les produits sont en fin de vie : la première lorsqu’ils se cassent ou tombent en lambeaux et la seconde lorsque leur propriétaire s’est tout simplement lassé de les porter.
Cela nous amène à la question : comment intégrer l’aspect émotionnel dans nos produits pour s’assurer que notre lien avec eux durent ? Qu’est-ce qui pourrait stimuler les utilisateurs à les conserver un peu plus longtemps et à modérer leur besoin de nouveauté ?

On dit souvent que la valeur d’un produit est principalement liée à la satisfaction momentanée lors de son achat. Cependant après l’achat, ces émotions positives ont tendance à s’estomper rapidement. La satisfaction à long terme semble être beaucoup plus difficile à atteindre, et dès que le plaisir a disparu, les pulsions d’achat reviennent inévitablement.

Mais en ajoutant les bons ingrédients, les émotions positives du client peuvent être prolongées pour qu’il apprécie son produit plus longtemps. Voilà pourquoi des concepts à la mode tels que la cocréation, l'engagement des consommateurs, le « storytelling » (l'histoire qui accompagne un produit) ou l'expérience client sont de plus en plus entendus lors des lancements de produits. Ils se résument tous à la notion d’offrir au client une expérience qu'il voudra partager. La nouvelle génération d'entrepreneur suppose que le client d'aujourd'hui ne veut pas seulement être complimenté sur la coupe parfaite de son pantalon, mais aussi sur le placement produit pertinent et l'histoire qui l’accompagne. Faites un produit attractif selon ces règles et il y a de fortes chances qu’il reste sur le marché pendant un certain temps.

Bien qu’à première vue cela puisse sembler être une tromperie du client, ce développement se fait souvent de bas en haut. Après tout, les clients se sont affirmés, ils n’ont pas peur de poser des questions et ils attachent de l’importance aux conditions et au lieu de production de leurs vêtements. En termes d’entreprise, cette approche est appelée une création de valeur multiple. Ceci signifie que l’accent est porté sur d’autres éléments que le simple produit physique.

Quelques exemples de valeur ajoutée sont :

 

LE DESIGN PARTICIPATIF

De nos jours, nous voyons de plus en plus d’expérimentations ou même des business plans complets qui répondent à la nécessité d’une conception participative ou interactive. Il est prévisible que cette approche augmentera en popularité voire même qu’elle annonce une nouvelle ère : celle de l’économie du créateur décrite par le futuriste Paul Scaffo. Celui-ci est convaincu que l’accroissement de l’interaction entre le créateur et le client crée le lien affectif que les clients d’aujourd'hui et de demain recherchent.


Selon lui, le processus de création et de fabrication est devenu un nouveau symbole de statut : être capable de dire « J’ai fait cela moi-même » ou « J’ai contribué à ce projet » est très satisfaisant. En associant le client dans le processus de création, le produit obtiendra automatiquement une signification plus profonde et sera chéri pendant une longue période.


Dans la mode, le co-design se traduit souvent par des platesformes numériques ou interfaces qui permettent aux clients de soumettre leurs préférences en termes de style, de coupe, d’imprimés... Alors que les options se limitaient à choisir une couleur (souvenez-vous de Nike Air Max), il est désormais possible d’intégrer des dessins d’enfants, des photographies ou même des « émotions » aux imprimés.


LE DESIGN ÉMOTIONNEL OU LE STORYTELLING 

Alors que la co-conception tourne autour de la fabrication du produit, le storytelling (ou la mise en récit) et le design émotionnel communiquent sur comment a était fabriqué le produit. Le temps et le soin consacrés à une pièce vestimentaire sont fortement valorisés de même que les circonstances de sa fabrication, son empreinte écologique, son caractère innovant ou toute autre histoire porteuse qui lui est associée.


La marque américaine TOMS commercialise avec succès la formule « donnant - donnant » : chaque fois qu’un produit est vendu, TOMS aide une personne précaire. Par exemple l’achat d’une paire de lunettes correspond à offrir un « don de la vue », qui peut prendre la forme de lunettes correctrices, d’une intervention chirurgicale ou d’un traitement médical. Heureux de raconter cette histoire, vous prendrez sûrement d'autant plus soin de vos lunettes et peut-être même que vous les porterez plus souvent.

Les circonstances de la fabrication sont aussi un début de conversation : ces studios bondés de mamies et de jeunes mères péruviennes tricotant des châles pour LN Beanies. Cette histoire ne vieillit jamais.

 
L'EXPÉRIENCE CLIENT

Offrir un processus de création unique est une chose mais l’acte d’achat en est une autre, il peut être marqué par une expérience. Pour un entrepreneur dans le monde de la mode, il est donc utile de réfléchir au contexte qui ajouteront une touche d’excitation au moment de l’achat.

Était-ce dans un coin sombre sur un marché aux puces ? La trouvaille de votre vie ? Aviez-vous marchandé le prix ? Aujourd'hui, ces heureux hasards que nous aimons raconter sont professionnalisés et incorporés dans le modèle commercial.

Pensez aux entreprises telles que Suitcase qui vous offrent un conseiller personnel de style. Vous leur dites simplement qui vous êtes, et quelques jours plus tard une valise pleine de vêtements soigneusement choisis attend patiemment à votre porte. Et il y a aussi Café Costume : on prend vos mesures et vous quittez la boutique avec un costume spécialement fait pour vous. De telles expériences feront l’objet de nombreuses discussions et seront largement partagées.

En savoir plus sur les modèles d’entreprises orientées service dans la vente au détail.

 
L’ENGAGEMENT CONSOMMATEUR

Pour conclure, nous discuterons brièvement de l’engagement du consommateur. L’essor des réseaux sociaux a permis aux créateurs de mode de faciliter leurs relations avec la clientèle. Alors que les magasins étaient les seuls endroits où les clients et les entrepreneurs se rencontraient, aujourd'hui une série de canaux numériques se sont ajoutés à la liste d’option. Ce phénomène crée des communautés et renforce l’engagement des consommateurs.

Cependant cette pratique est mal vue, car l’équilibre entre le temps dédié à la gestion des réseaux sociaux et le temps dédié à la conception est difficile à trouver. C’est toutefois un canal qui peut apporter une forte fidélisation lorsqu’il est correctement utilisé.

Au-delà de la simple communication, vous pouvez également faire participer vos clients à la gestion de vos affaires. Pensez à la production participative, au financement collaboratif et autres façons de permettre à vos clients de faire partie de votre entreprise, et pourquoi pas de devenir actionnaires.

tips&tricks

  • En tant que créateur, donnez des conseils sur la façon d’entretenir votre produit
    Assurez-vous que vos clients savent comment entretenir et traiter votre produit après l'achat. C'est une façon de prolonger la durée de vie du pro…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • Optez pour la qualité
    Pour travailler de façon durable il est essentiel d'utiliser des matériaux de haute qualité et de vous assurer que les vêtements dureront longtemp…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • Créez des liens avec vos clients
    Il peut sembler étonnant d'intégrer l'engagement du consommateur dans cette histoire de durabilité mais ce peut être une autre stratégie pour évit…
    Découvrez les autres trucs & astuces

  • TED’s TEN – 10 principes de conception expliqués visuellement
    Depuis de nombreuses années, TED (Textiles Environnement Design) travaille dur pour élaborer des stratégies de conception durable. « The TEN »…
    Découvrez les autres trucs & astuces

Découvrez les autres trucs & astuces

La conception à l'aide des nouvelles technologies

Les nouvelles technologies se développent rapidement et qui sait si certaines remplaceront ou compléteront peut-être nos procédés de production traditionnels, contribuant ainsi à réduire notre empreinte écologique.

Après tout, les nouvelles technologies pourraient nécessiter moins d’énergie, d’eau et de produits chimiques, ou nous permettre de supprimer certaines étapes nuisibles (comme les transports par exemple). Elles pourraient, par exemple, faciliter la production locale ou de plus petites séries. Il est même possible de travailler à la demande, ce qui est la meilleure façon d’éviter les excédents.

Quelques techniques qui sont déjà assez fréquentes :

  • Les imprimés/finitions numériques
    Alors que les techniques d’imprimés classiques impliquent de grandes quantités de produits chimiques et de colorants, l’imprimé numérique n’en a pas besoin. Qui plus est, les techniques de rotation industrielles traditionnelles nécessitent des imprimés de test pour les vérifications et ces imprimés imparfaits peuvent atteindre plusieurs mètres (il est normal d’imprimer 20 mètres de test). Alors, que peut-on gagner avec l’impression numérique ? Quelques faits, on ne peut plus clairs :
    • Consommation d'énergie : - 60 %
    • Consommation d’eau : - 80 %
    • Utilisation d’encre : - 90 %
    • Utilisation de couleur : - 90 %
       
  • Le découpage au laser
    Comme son nom l’indique, il s’agit d’utiliser un laser plutôt qu’une lame pour couper une surface. Les avantages : une coupe plus propre, plus précise, ainsi qu’une meilleure qualité de finition.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les technologies expérimentales, l’article de Kate Goldsworthy vous intéressera.

tips&tricks

  • TED’s TEN – 10 principes de conception expliqués visuellement
    Depuis de nombreuses années, TED (Textiles Environnement Design) travaille dur pour élaborer des stratégies de conception durable. « The TEN »…
    Découvrez les autres trucs & astuces

Découvrez les autres trucs & astuces

Pour améliorer l'expérience utilisateur sur ce site, nous utilisons des cookies.